bordeauxdecouvertes.fr

La cité du vin



Classé en 7e position parmi les meilleurs musées du monde par National Geographic
La Cité du Vin est un équipement culturel inédit dédié au vin comme patrimoine culturel, universel et vivant
Architectes de l’agence XTU architects, Anouk Legendre et Nicolas Desmazières
Lieu empreint de symboles identitaires : cep noueux de la vigne, vin qui tourne dans le verre, remous de la Garonne
Chaque détail de l’architecture évoque l’âme du vin et l’élément liquide : « une rondeur sans couture, immatérielle et sensuelle »



Crédit image : Murpleindroit

Préambule

La cité du vin

Surface: 14.800 m² - 10 niveaux entre le cœur et la tour, un parcours permanent, trois espaces de dégustation dont 1 espace immersif multi-sensoriel, une salle de lecture, un concept store boutique, 2 restaurants et un restaurant panoramique

  1. Maître d'ouvrage : Ville de Bordeaux
  2. Maître d'ouvrage : Fondation de La Cité du Vin
  3. Architectes : XTU | Anouk Legendre - Nicolas Desmazières |
  4. Porteurs de projet : Mathias Lukacs, Dominique Zentelin Equipe
  5. Terrain : Delphine Isart, Claire Leroux, Thibault Le Poncin, Joan Tarragon
  6. Equipe de recherche : Joan Tarragon, Gaëlle Le Borgne, Stefania Maccagan, Cristina Sanchez
  7. Partenaires :
  8. Casson Mann - Scénographe immersive (outil innovant de la visite permanente)
  9. SNC-Lavalin - Ingénierie
  10. 8’18’’
  11. Peutz
  12. Le Sommer Environnement _Ingénierie environnementale
  13. Environnement durable
  14. Ventilation naturelle | énergie solaire | recyclage de l’eau
  15. Inauguration
  16. 31 mai 2016
  17. Adresse
  18. 134-150, quai de Bacalan - 1, esplanade de Pontac - 33300 Bordeaux


 Le projet

Le projet d’un centre culturel et touristique du vin démarre en 2009. Une association de préfiguration de La Cité du Vin est créée à cet effet, composée de la région Aquitaine, de Bordeaux Métropole, de la ville de Bordeaux, du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux et de la chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux. Elle évalue la faisabilité du projet.

Son but est d’assurer, par la construction d’un monument, intermédiaire entre l'univers du musée et celui du parc à thème, « la transmission, la valorisation et la sauvegarde du patrimoine culturel, universel et vivant du vin. »

En janvier 2015, l’association est remplacée par une Fondation pour la culture et les civilisations du vin qui exploite et assure le dévelop-pement comme la promotion de l'établissement. Cette fondation est reconnue d'utilité publique. Son conseil d’administration est composé de trois collèges, le collège des fondateurs, le collège des personnalités qualifiées et le collège des amis. Un comité d’orientation culturelle contribue à la définition de ses grandes orientations. La fondation a deux « ambassadeurs » : le comédien Pierre Arditi et le dégustateur, critique de vin, Robert Parker.

Source : Wikipedia

Retour sur l'histoire d'un projet unique au monde, qui aura mis huit ans à se concrétiser.

En gestation depuis vingt ans, La Cité du vin est vraiment née à la fin des années 2000, de la rencontre de trois univers . Elus politiques, professionnels du vin et du tourisme se sont rassemblés autour de ce projet, pour donner à Bordeaux un lieu de culture, de découverte et d'échange autour des vins du monde entier, situé en bord de Garonne. Un phare de l'oenologie unique au monde, dans un bâtiment à l'architecture exceptionnelle, à la hauteur de la réputation de son vin.

  • 2OO9 - Initié lors de la campagne des élections municipale de 2008 par Alain Juppé, le projet de La Cité du vin devient concret lorsque l’association de préfiguration du "Centre culturel et touristique du vin (CCTV)" est créée. Elle est présidée par Sylvie Cazes , alors conseillère municipale et propriétaire du château Lynch-Bages à Pauillac.

  • 2O10 - Lancement du concours d'architectes et scénographes pour réaliser cette oeuvre . Un appel à candidatures est lancé le 27 septembre 2010, pour recenser le nom de toutes les équipes désireuses et capables de participer à l'aventure. Chacune des candidatures sera étudiée et cinq seront finalement retenues.

  • 2O11 - Mai le cabinet d’architecture parisien XTU (X pour la variable mathématique inconnue et TU pour le suffixe in situ) et l’agence anglaise de scénographie Casson Mann Limited associés au bureau d’ingénierie canadien SNC Lavalin, sont choisis pour réaliser le futur centre du vin.

  • 2O12 - 29 Octobre La mairie de Bordeaux délivre le permis de construire non sans intégrer quelques contraintes : risque d’inondations, recommandations (techniques et esthétiques) de l’architecte des Bâtiments de France et notions de sécurité et d’accessibilité indiquées par la Commission consultative départementale.
    Au niveau entrepris, le projet débute en Aout 2012 par un dialogue compétitif en macro lot « clos couvert ».
    Dès l’origine, ce groupement s’appuie sur des entreprises intégrant toutes les compétences techniques nécessaires : Soletanche Bachy pour les fondations, GTM Aquitaine pour le gros œuvre, Arbonis pour la charpente bois, et les entreprises Smac, leader français de l’enveloppe de bâtiment en charge de l’étanchéité et de la vêture composite, et Coveris (associé à Garrigues), spécialiste des vitrages à haute valeur ajoutée. Ainsi que deux partenaires SIDF comme bureau d’étude béton et le service Ingénierie Modélisation Projets (IMP) de VCF pour la programmation et la synthèse numérique.
    L’objectif premier de ce groupement étant d’obtenir le marché par une recherche de variantes techniques et d’optimisations économiques global du projet sans dénaturer le projet architectural.

    Une utilisation de la maquette 3D pour la charpente et la vêture mais pas pour les parties gros œuvre, les fondations et les menuiseries du fait d’une complexité différente des ouvrages à réaliser et d’un niveau de maturité différent des entreprises sur l’utilisation de la 3D.
    Cependant, chaque composante du projet exigeant un savoir-faire spécifique et un réel esprit d’équipe du fait des très fortes interactions entre les différents métiers, quoi de plus naturel que le BIM pour fédérer cette synergie métiers autour d’une maquette numérique 3D.

    Synthèses des points clefs sur le choix du BIM (Building Information Modeling) et sa mise en place :
    1. Recherche d’optimisation globale du clos couvert
    2. Une interaction forte entre les différents intervenants
    3. Facteur humain (accepter de réaliser des taches non pas pour son entreprise mais pour les autres)
    4. Complexité géométrique de l’ouvrage (modèle géométrique et de calcul)
    5. La nécessité de programmer la charpente et la vêture à partir d’une surface de référence et non de les dessiner
    6. Nécessité d’une étude au vent numérique
    7. Le délai pour mettre en place une organisation permettant de faire travailler ensemble 8 entreprises ayant une expérience de la 3D et des besoins différents et en adéquation avec les besoins de la Maitrise d’œuvre.
    8. Les tolérances de fabrication, de pose et de déformation.
    9. Interopérabilité des logiciels

2O13 - Avril La commission d’appels d’offres de la Ville de Bordeaux attribue le marché de la Cité des civilisations du vin à Vinci Construction France et à sa filiale GTM Bâtiment Aquitaine . Ce lot comprend les fondations, le gros œuvre, les charpentes, l’étanchéité, les façades et la vêture.


Les études de réalisation
La phase dialogue compétitif
L’organisation des différents intervenants autour de la maquette numérique

En 2012, la notion de BIM manager n’existait pas encore au sens où nous l’entendons actuellement.
Les différents intervenants et leurs logiciels 3D :

  1. Vêture verre et composite : Rhinocéros couplé à Grasshopper.
  2. Charpente bois : Rhinocéros couplé à Grasshopper + Cadwork.
  3. Fondation et gros œuvre : TEKLA structure au départ puis finalement REVIT.
  4. Menuiseries : TEKLA structure.
  5. Le modèle global d’échange avec la MOE étant sous Rhinocéros.

Les formats d’échanges
Lors du dialogue les échanges ont été essentiellement géométriques avec très peu d’informations associées. De nombreux formats différents ont été utilisés suivant les formats qui passaient le mieux d’un logiciel à l’autre : sat, .igs, .ifc, .dwg, du format natif…

Des méthodes de travail différentes suivant les membres du groupement
  1. SIDF/GTM : réalisation de plans 2D sur Autocad, puis mis en 3D par IMP sous TEKLA structure au départ et finalement envoi à une filiale au Vietnam pour passer en 3D sous REVIT.
  2. ARBONIS : programmation en 3D sur rhinos puis transfert dans Cadwork pour les détails.
  3. SMAC : programmation en 3D sur rhinos (optimisation des panneaux).
  4. COVERIS : programmation en 3D sur rhinos (optimisation des panneaux).
  5. SOLETANCHE BACHY : plans 2D Autocad puis mis en 3D par IMP sous TEKLA structure.
  6. GUARRIGUE : plans 2D Autocad puis mis en 3D par IMP sous TEKLA structure.
  7. XTU Architects (Anouk Legendre et Nicolas Desmazières Associés) : Joan Tarragon en tant qu’architecte responsable du Dialogue Compétitif et de la coordination de la mise au point du Clos-Couvert pour l’équipe Maîtrise d’Œuvre était en charge d’analyser la maquette numérique compilée par le macrolot, d’organiser des réunions de revue de projet, d’évaluer les écarts et clashs entre la maquette numérique et les autres lots (architecturaux et techniques) et d’éditer des rapports de mise au point et de présynthèse
Adéquation du/des logiciels aux besoins

La complexité du modèle ne permettant pas de dessiner la charpente suivant la méthode charpente traditionnelle, il fallait programmer la charpente pour pouvoir réaliser le modèle géométrique mais pour que l’ensemble soit cohérent, il fallait également que le modèle analytique (calcul de structure) soit lié au modèle géométrique.
D’où l’utilisation de Rhonocéros couplé au logiciel Grasshopper pour modéliser le modèle global arcs + pannes + contreventements + panneaux contreplaqués, et en extraire le modèle de base de calcul pour Robot structural Analysis (axes + sections + orientations des pièces). Cependant Rhinocéros ne permettant pas de réaliser des assemblages ou de gérer les machines de production, le modèle est transferer dans CADWORK pour finaliser le modèle.

Cependant, lors du démarrage en 2012 plusieurs limites techniques sont apparues au niveau de notre logiciel CADWORK :

  1. La gestion du courbe en 3D avec des facettes incompatible avec la précision recherchée.
  2. Capacité mémoire pour pouvoir travailler sur une maquette unique.
  3. La nécessité de travailler avec 4 à 5 dessinateurs en même temps répartis sur plusieurs sites avec un logiciel ne fonctionnant pas en multiposte.
Prototypes

Qui dit programmation, dit définition des « paramètres » d’où la réalisation de prototypes spécifiques au cintrage des panneaux contreplaqués support d’étanchéité. Ce qui a permis de valider le principe de cumuler les panneaux à facettes et sur appuis multiples cintrés sur chantier. C’est l’analyse des prototypes qui a permis de définir les paramètres principaux de programmation pour l’optimisation en 3D dont le taillage 5 axes des panneaux.



Les études

Depuis le concours en mars 2011, les architectes de l’agence XTU travaillent en 3D sur la définition du volume architectural de forme libre. La modélisation 3D a été au cœur des études architecturales et elle a permis de maîtriser et de vérifier à toutes les phases de conception l’aspect géométrique de la forme organique, les volumes intérieurs et les interfaces entre les différents corps d’états.


Recherches sur la charpente pendant le concours © XTU Architects

Grâce à leur expertise dans l’utilisation des logiciels paramétriques comme le plugin Grasshopper, les architectes de XTU ont pu développer des algorithmes leur permettant d’explorer des cas de figures variés afin d’optimiser la construction du bâtiment et de trouver des solutions techniques adéquates.


Recherches menées sur la trame radiale des arcs bois. © XTU Architects


Définition du complexe de l’enveloppe © XTU Architect


Détail courant de la vêture métallique complexe

La maquette 3D a été un outil décisif dans la mise au point du projet. Elle constituait une véritable plateforme pour échanger avec les différents intervenants de l’équipe de Maîtrise d’œuvre (MOE). Elle a aussi permis aux architectes de produire plusieurs maquettes physiques par impression 3D ainsi que de nombreux support de visualisations (plans, coupes, façades, schémas ou perspectives) afin de pouvoir présenter les évolutions à la Maîtrise d’Ouvrage (MOA). L’une des maquettes physiques a d’ailleurs servi de support d’analyse en soufflerie réelle



En phase de mise au point du marché avec les entreprises du macrolot en charge du ClosCouvert, avec la maîtrise de l’outil 3D, Joan Tarragon a créé un outil de suivi de projet, intégrant les adaptations et évolutions de la structure bois, permettant la visualisation du respect de la géométrie, des gabarits architecturaux, et des relevés précis.
La représentation et communication rapide avec les intervenants du projet étaient aussi un enjeu important.

XTUArchitects

Mai 2011, le cabinet d’architecture parisien XTU et l’agence anglaise de scénographie Casson Mann Limited sont choisis pour réaliser le futur centre du vin.

L’agence XTU architects, Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, ont imaginé un lieu empreint de symboles identitaires : cep noueux de la vigne, vin qui tourne dans le verre, remous de la Garonne. Chaque détail de l’architecture évoque l’âme du vin et l’élément liquide : « une rondeur sans couture, immatérielle et sensuelle » (agence XTU architects).

Cette rondeur transcrite par la forme extérieure du bâtiment se ressent aussi dans les volumes, espaces et matériaux intérieurs. La Cité du Vin se pare de reflets dorés évoquant les pierres blondes des façades bordelaises. Sa façade est constituée de panneaux de verre sérigraphié et de panneaux d’aluminium laqué irisé perforés.

Changeant selon les rayons du soleil et l’heure de la journée, le bâtiment répond au fleuve grâce à ses reflets. Le parallèle avec la robe du vin en incessante mutation n’est pas loin. Avec cette forme si particulière, on perçoit différemment le fleuve qui passe à côté.

Créée en 2000, l’agence XTU architects, basée à Paris, est dirigée par Anouk Legendre et Nicolas Desmazières. Lui, fils de diplomate, elle, formée à l’Ecole d’architecture de Bordeaux, se sont rencontrés lors d’un voyage d’étude en Bavière. Le lien personnel noué en Autriche deviendra aussi professionnel. Une expérience boréale en Islande d’où Anouk percevra désormais un monde « tout en mouvements et en déhanchés », marque l’identité et la vision de l’agence.

Depuis, « la courbe a remplacé la ligne ». Les droites et les angles vifs d’un bâtiment tel l’UFR de Chimie de l’Université Paris VII (achevé en mars 2008) ont disparu au profit d’arrondis empruntant à la courbe de l’univers : le Musée de la Préhistoire de Jeongok, livré en avril 2011 à 200 kilomètres au nord de Séoul (Corée du Sud), et aujourd’hui La Cité du Vin à Bordeaux en 2016. L’agence XTU architects a également été choisie pour concevoir le Pavillon France de l’Exposition Universelle de Milan en 2015, pour lequel elle a reçu le Prix de l’Architecture.

La particularité de cette affaire est sa forme « audacieuse » et qu’il n’y a pas une seule pièce de lamellé collé courbe identique, d’où une attention particulière aux temps de fabrication.

L’architecture du projet repose en grande partie sur la mise en œuvre d’une géométrie non standard dont la composition n’est pas réductible à de grandes primitives géométriques connues.

Une précision millimétrique :
L’enveloppe composée de panneaux de verres et d’aluminium, jouant un rôle fondamental dans la perception finale du bâtiment, a nécessité un respect draconien des tolérances de fabrication et de pose de la charpente.
Le montage sur site a représenté un véritable défi. Les pièces d’appui de la charpente ont une latitude de réglage inférieure à 15 mm. Tout dépassement, même minime de cette côte, est interdit.
La conception 3D a permis de parvenir au résultat recherché en appliquant de la contreflèche lors de la fabrication.
Ajustés sur la charpente, 4 000 m2 de panneaux de contreplaqué, taillés sur mesure, ferment le volume sur lequel est posé la vêture.
2 559 chandelles, fixées à la charpente bois, supportent le complexe d’isolation et les panneaux en aluminium et verre composant la peau extérieure. Afin de respecter la fluidité voulue par le Cabinet XTU, la précision de l’emplacement de chaque chandelle est au millimètre.

Les Maquettes


Maquette d'études

Maquette numérique

Maquette numérique
© aurblanc 2019

Maquette physique

Maquette physique - © L'oeil d'Edouard

Maquette physique

Le Centre Pompidou vient de faire l'acquisition de 27 maquettes de l'agence d'architecture XTU. Intégrés à la collection permanente du musée national d'art moderne et contemporain


 La construction

TIMELAPSE DU PRINCIPE DE CONSTRUCTION
L‘édifice a été réalisé à l'aide de la modélisation 3D (BIM Autodesk REVIT).
© Source : EGF - VINCI - Durée : 0:25

L’emplacement retenu est situé sur le site des anciennes forges du grand port maritime de Bordeaux, dans le nouveau quartier des Bassins à flot, sur l’îlot compris entre le quai Bacalan, l'entrée des écluses et la Garonne.

D’une conception bioclimatique performante, la construction de forme compacte permet d'optimiser la ventilation du bâtiment. Les entrées d’air en points bas profitent des vents dominants. Alors que les patios et les points hauts évacuent la chaleur, générant un courant d’air qui permet - à lui seul - de gagner 5 degrés de sensation de fraîcheur en été et de limiter l’usage de la climatisation. En outre, la toiture est protégée du soleil par une "ombrière ventilée" qui participe à la maîtrise de la température, tout comme la mise à profit de la géothermie.

L’édifice de 9 000 m3 de béton repose sur 300 pieux en béton descendant jusqu’à 30 mètres de profondeur.

Sources : 6ème Forum International Bois Construction FBC 2016 - Retour d’expérience du BIM sur la Cité du Vin à Bordeaux, conçue par XTU Architects | D. Bachmann, A. Legendre

LES MATERIAUX


Ecorché de la charpente bois dévoilant les volumes intérieurs © XTU Architects

PROTOTYPE DE CHANTIER

La conception du bâtiment

Le bâtiment se compose de 2 parties :

Le « tore » qui est composé principalement d’arcs lamelle collés et pannes pour recevoir un platelage en panneaux contreplaqué supports d’étanchéité et les potelets supports vêture en tôle aluminium, la « tour » qui est composée de poteaux courbes lamellés collés pour recevoir les potelets support vêture en panneaux de verre.

La particularité de cette affaire est sa forme « audacieuse » et qu’il n’y a pas une seule pièce de lamellé collé courbe identique, d’où une attention particulière aux temps de fabrication.

L’architecture du projet repose en grande partie sur la mise en œuvre d’une géométrie non standard dont la composition n’est pas réductible à de grandes primitives géométriques connues.



Le traçage du bâtiment est réalisé par le découpage d’une surface de référence aves des plans verticaux sur le tore et à 15° sur la tour (calepinage primaire) puis des lignes horizontales (calepinage secondaire).



Ossature béton
  • 9000 m3 de béton.
  • 1000 tonnes d’acier.
Ossature bois
  • 8000 heures d’études en exécution et 1600 heures en phase dialogue compétitif.
  • 17 500 heures de fabrication.
  • 15.000 heures de pose.
  • 574 arcs lamellé collé tous de formes différentes (tore).
  • 128 épines bois lamellé collé toutes de formes différentes (tour).
  • 950 m² de bois lamellé collé épicéa (700 m²) et douglas (250 m’).
  • 8000 pannes et contreventements.
  • 4000 m² de panneaux contreplaqué taillés sur mesure.
  • Peu de piéces a double courbure (croche) : 1 poutre fabriquée croche et 35 entretoises porteuses taillées dans la masse pour simuler 3 poutres croches.
Véture extérieure
  • 2235 m² de verre décomposés en 3 types: verres plans jointifs (jaune), verres bombés jointifs (vert) et verres plans a écailles (rouge).

    verres plans jointifs (jaune), verres bombés jointifs (vert)
    verres plans a écailles (rouge)

  • 2500 panneaux de formes et dimensions différentes dont 90% de panneaux plans en partie cintrés a froid et 10% cintrés a chaud en atelier.

Etude - Perforations - Sérigraphie

Etude - Perforation - Sérigraphie - Frédéric Migayrou
 MIME type: image/jpg

La structure, confiée aux entreprises COVERIS et GARRIGUES, est recouverte de 918 panneaux de verre de trois couleurs : verre clair, gris (teinté dans la masse) et doré (verre Saint-Gobain Vitrage Bâtiment), et de 2 300 panneaux d’aluminium de tailles différentes. Sa façade est constituée de panneaux de verre sérigraphiés et de panneaux d’aluminium laqués irisés perforés.



Etude - Enveloppe - Ecailles

Etude - Enveloppe - Ecailles - Frédéric Migayrou
 MIME type: image/jpg

La peau extérieure se compose de verres trempés et feuilletés trempés sérigraphiés qui habillent près de 2650 m² de façade. Ils apportent ainsi une sécurité optimale associée à une esthétique sur-mesure grâce à l’utilisation de la sérigraphie.
La peau intérieure, quant à elle, est équipée de doubles vitrages à Isolation Thermique Renforcée et de contrôle solaire. Ces verres permettent de se protéger du froid en hiver (maintien de la chaleur à l’intérieur des locaux) et du chaud en été (réduction des apports solaires) pour un confort optimal.

La tour culmine à 55 mètres. Le bâtiment a une superficie de 13 350 m2, répartis en 8 niveaux différents.

L’ancien maire de Bordeaux Alain Juppé, à l’origine du projet, avait lancé, enthousiasmé par le bâtiment insolite : « Ce sera mon Guggenheim ! » L’édifice est en effet devenu l’emblème du renouveau de la ville, le symbole de sa modernité.

Centrale géothermique de la Cité du Vin
Mixéner conçoit et exploite la centrale de production thermique et frigorifique de la Cité du Vin de Bordeaux.
La Cité du Vin profite d’un système exclusif de production de calories d’origine géothermique. La situation géographique en bordure de Garonne permet d’exploiter la nappe alluviale de la rivière.
Quatre forages d’une profondeur de trente mètres puisent l’eau nécessaire aux besoins en rafraîchissement du bâtiment. Cette eau alimente des pompes à chaleur présentes dans la sous-station.
Illustration du système de production de calories d’origine géothermique
Puissance de 700 kW Chaud et 1 200 kW Froid sur eau de nappe et raccordement au réseau de chaleur des Bassins à Flot.

Les études et la gestion de chantier pour la charpente

Une base vie importante intégrant à la fois de l’encadrement, une partie des bureaux d’étude de charpente et vêture ainsi que la cellule synthèse réseau permettant un dialogue journalier entre les opérationnels.
Et pour Arbonis, une mobilisation importante d’encadrement basé sur le chantier dès le départ :

  1. Un chef de projet.
  2. Un conducteur de travaux.
  3. Un responsable implantation.
  4. Un dessinateur référent gérant à distance, 4 autres dessinateurs ainsi que le service Ingénierie Modélisation Projets de VCF (VINCI CONSTRUCTION FRANCE).

A noter l’impression par la MOA d’une maquette 3D pour la réalisation d’une étude au vent en soufflerie réelle. Il est intéressant de noter que les écarts entre les modèles numériques et physiques ont été particulièrement faibles.

L’analyse et la gestion des déformations ont représenté un véritable défi. La conception 3D a permis d’appliquer de la contre-flèche lors de la fabrication afin de respecter les tolérances de l’ordre de 15mm imposées par la vêture.

Pendant la phase chantier les architectes XTU ont pu suivre les différentes évolutions des structures et détails constructions et dans le même temps étudier des adaptations dans le cadre du marché de l’entreprise.


Suivi des variations structurelles en EXE et propositions d’intégration. © XTU Architects

La production de la charpente

Au niveau production (répartie sur 2 sites distincts), l’utilisation de la maquette numérique à bien sûr servie comme sur un chantier classique à la gestion des machines à commande numérique, à la commande des ferrures …
Cependant, ce bâtiment n’ayant pas 2 arcs identiques, une recherche d’optimisation de collage par le regroupement en familles de pièces a été réalisée sur Grasshopper et Rhinocéros.
Chaque arc a nécessité une vingtaine d’heure de travail.



Les travaux de charpente

Les logiciels utilisés en étude n’étant pas adaptés pour faire de la méthode chantier, les carnets de cycles pour la rotation journalière de la grue à tour ont été réalisés manuellement sur les plans 2D.

La proximité de l’encadrement dans la base vie a permis une communication et une gestion efficace de notre dizaine de compagnons travaillant en permanence sur le chantier.

Partout, la précision est extrême : les pièces d’appui de la charpente ont une latitude de réglage inférieur à 15mm tandis que sur la tour par exemple, l’ordre de grandeur de la tolérance finale (incluant la fabrication et la pose) est de 10mm dans les trois directions.

Il a donc été mis en place une méthodologie de travail dans ce sens incluant à la fois une implantation de chaque ferrure d’appuis mais également de chaque arc via la mise en place de cibles pour le géomètre.

Une fois le béton fini, une réception au scanner 3D est faite. Cela donne la surface réelle du bâtiment. Cette surface est ensuite transcrite en point sur la modélisation 3D théorique.
Une fois le réel transcrit sur le théorique, les ferrures reliant le béton aux arcs lamellés collés peuvent être redessinées et adaptées une par une.


Les moyens mis en œuvre pour l’implantation et le contrôle des ferrures (géomètre, nacelles d’accès, MO implantation) représentent près de 30% du budget travaux sur la tour.

Chaque arc ou « épine » est muni de cibles réfléchissantes utilisées par le géomètre accompagnant le chantier.




Photo d’un arc assemblé à plat avant levage © Joan Tarragon - XTU Architects

Photo du levage d’un arc bois complet © Joan Tarragon - XTU Architects Photo du levage d’un arc bois complet © Joan Tarragon - XTU Architects

Mise en place de arcs © XTU Architects Mise en place de arcs © XTU Architects

Mise en place de arcs et début étanchéité © XTU Architects Mise en place de arcs et début étanchéité © XTU Architects

Photo de la charpente à ciel ouvert © Joan Tarragon - XTU Architects Photo de la charpente à ciel ouvert © Joan Tarragon - XTU Architects

Structure en bois © Patrick Tourneboeuf - XTU Architects Structure en bois © XTU Architects

Structure en bois © Patrick Tourneboeuf - XTU Architects



Percement des pieux béton


Terrassement


Elévation niveau 1


Elévation niveau 2
Début travaux tour


Mise en place des arcs
Avancement tour


Mise en place des arcs
Avancement tour


Etanchéité du tore - © ANAKA


Etanchéité du tore - début vêture


Etanchéité du tore


Installation vêture


Installation vêture


Installation vêture de la tour


Installation vêture de la tour
© Pilippe Caumes


Photo: Anaka la Cité du vin


Vue aérienne de la Cité du Vin
© La Cité du Vin
Un éclairage graphique et texturé
Sources : Cité du vin : la lumière crée la texture - Filière 3e

La nuit, la Cité du Vin arbore un habit de lumières, dans la droite ligne de l’architecture du projet, apportant rondeur et texture au bâtiment. Un éclairage de ponctuation donne un signal architectural fort : le bâtiment est visible depuis le centre-ville de Bordeaux. Les luminaires de la façade, sous la forme de briques lumineuses à LEDLED en polycarbonate diffusant, développés par CUBISPOT en polycarbonate diffusant, ont été spécialement développés pour ce projet. Ils sont installés le long des arcs en bois du bâtiment, pour mieux en redessiner les courbes et redonner ainsi une présence aux charpentes qui forment la façade de la tour. Par des jeux de réglages, ces luminaires, orientables sur un axe, dynamisent la mise en lumière.

Le « Tore », sorte de coque ronde qui entoure la base de l’édifice, est éclairé sur sa partie basse, « donnant une impression d’apesanteur et d’envol par l’éclairage », explique Rémy Cimadevilla, concepteur lumière en charge du projet, agence 8’18’’. En dessous du « Tore », deux espaces paysagers, la périphérie et le parvis du bâtiment. La périphérie du bâtiment est conçue comme un chemin lumineux, éclairé à l’aide de mâts allumettes de 4 m à quatre têtes LED d’une température de couleur de 3 600 K et de bornes basses à iodures métalliquesde 3 000 K. Au pied de la façade, des encastrés de sol à LED, de 4 000 K, dessinent le chemin lumineux. Des projecteurs encastrés orientables à iodures métalliques, de 4 200 K, éclairent le « Tore » par le dessous, complétés par des encastrés muraux aux iodures métalliques de 3 000 K, le tout donnant son impression de légèreté à la partie basse du bâtiment.

L'élairage inérieur

À l’intérieur, différents espaces s’imbriquent et offrent chacun un usage propre, de la salle de séminaire à l’espace musée, en passant par les boutiques et lieux de restauration. Ce bâtiment a été conçu, en plus d’un musée, pour être un lieu de communication autour du vin. Il peut accueillir des groupes pour des ateliers thématiques ou des conférences.
Le rez-de-chaussée est divisé en trois zones : une zone technique, le grand hall d’accueil du public et un espace de vente. Au niveau +1, on retrouve des lieux de réception et d’événements thématiques autour du vin, ainsi que des expositions temporaires. Le plateau de muséographie se situe au niveau +2.

L’espace de muséographie est conçu comme un chemin lumineux, pour raconter l’histoire du vin au public de manière pédagogique et ludique. Cet espace, qualifié de « cathédrale », aux volumes impressionnants (9 à 10 m sous plafond), est pourvu de grandes arêtes en bois sur les murs.

Trois solutions d’éclairage transversales ont été appliquées à l’ensemble du plateau de muséographie. Des projecteurs sur bras orientables en source LED, d’une température de couleur de 3 000 K, pilotables et gradables, sont dissimulés dans la charpente et suivent le parcours de muséographie. Pour plus de flexibilité, les concepteurs ont prévu plus de points de connexion que d’appareils, permettant d’adapter parfaitement l’ensemble. Ce projecteurprojecteur développés par CUBISPOT a été développé spécialement pour le projet et sa tête sur bras permet de débloquer l’angle et d’éviter les taches lumineuses sur la charpente en bois. Certaines pièces du mobilier intègrent elles aussi des sources lumineuses : bouteilles éclairées de l’intérieur, éclairage des niches et du mobilier. Pour la mise en lumière des arêtes en bois, un encastré de sol orientable d’une température de couleur de 4 000 K a été installé à la base de chaque arche pour faire ressortir l’architecture de l’espace. Enfin, les espaces de circulation sont éclairés depuis des sources basses, via des mains courantes et des encastrés muraux de 3 000 K, offrant un éclairage de 100 lux au sol sur tout le chemin lumineux, avec des variations de 50 à 300 lux.

L’espace restaurant est situé dans la « salle du Belvédère », au dernier étage et offre une vue à 360° sur Bordeaux, à 35 m de hauteur. La salle est ornée d’un lustre décoratif constitué de 7 000 bouteilles de vin© 8'18'' , transparentes et à la forme caractéristique des bouteilles de bordeaux. Pour ce faire, un pas de vis a été moulé dans le verre et deux solutions d’éclairage ont été utilisées pour parfaire le lustre : une trame de petits projecteurs encastrés dans le faux plafond métallique, d’une température de couleur de 3 000 K, éclaire le sol avec des jeux d’ombres. Dans 2 000 des 7 000 bouteilles, des brins de fibre optique, de couleurs blanche et rouge, ont été intégrés.

Conclusions

Au niveau du groupement, le chantier a commencé par la mise en place d’une simple maquette numérique puis d’une organisation qui a évoluée au fur et à mesure du projet et de l’expérience des (4 ans) pour se terminer par un BIM niveau 2.

Finalement, le BIM n’est pas un outil magique, l’utilisation de la maquette numérique permet de réaliser des prouesses architecturales et techniques, mais elle ne se suffit pas à elle-même.

Un chantier reste un chantier, avec ses intervenants d’horizons divers, leurs outils différents et pas toujours compatibles et animés par des objectifs souvent contradictoires.

Sans une solide organisation et un engagement fort des différentes sociétés pour travailler ensemble au profit du collectif, un projet tel que celui-ci n’aurait surement pas vu le jour ans d’aussi bonnes conditions.


 La scénographie

Expérience immersive et multisensorielle

Mélimélo des tendances

Six familles de vin - images © XTU
 MIME type: image/jpg
Terroirs de vignerons - © Mamie Boude - XTU Architects - Canson Mann
 MIME type: image/webp
Salle de dégustation - images © XTU
 MIME type: image/jpg
Six familles de vin - © Cité du Vin - Casson Mann
 MIME type: image/jpg
Le buffet des 5 sens - © Nick Guttridge -  MIME type: image/jpg
La cave à vins - images © XTU
 MIME type: image/jpg
Photo: Anaka La Cité du vin La section « Planètes vin » du musée
 MIME type: image/jpg
Le Belvédère
 MIME type: image/jpg
L'élaboration du vin - © XTU Julien Lanoo
 MIME type: image/jpg
L'allée des tendances
© XTU/Casson Mann/Anaka/La cité du vin - MIME type: image/webp
Auditorium Thomas Jefferson
© Crédit photo : Guillaume Bonnaud, Cité des Civilisations du Vin - MIME type: image/jpg
La grande saga de Bordeaux
MIME type: image/jpg

Casson Mann - architectes d'intérieur, et scénographes d'exposition est une équipe de 23 personnes, dont la plupart sont des designers, mais nous avons aussi des interprètes en interne.

Roger Mann, fondateur et directeur de la création, dirige le cabinet et s'implique de manière créative dans tous les projets. Les directeurs John Pickford, Craig Riley, Gary Shelley et Jon Williams conçoivent et développent le travail créatif, gérant les projets de manière à ce qu'ils soient livrés dans les délais et le budget impartis.

Casson Mann, acclamé pour son travail à l'Imperial War Museum, au Science Museum et au V&A. Ils ont travaillé avec XTU, comme l'équipe d'architectes basée à Paris se dessine, dès le départ.

« Nous avons eu le mandat d'engager chacun des 500 000 visiteurs attendus chaque année — les enfants, les buveurs de vin et les amateurs de vin », explique Roger Mann, alors que nous parcourons chacun des 21 modules très divertissants du partenariat. « Nous avons dépensé une fortune pour filmer des vignerons du monde entier et filmer des images aériennes de grands vignobles sur tous les continents, mais nous avons beaucoup économisé en n'ayant pas à construire de vitrines pour des objets. Dès le départ, l'objectif n'était pas d'avoir en vue un vieux pressoir ou une bouteille de vin poussiéreuse ! » dit-il à propos du contenu presque entièrement numérique.

Les visiteurs sont stoppés dans leur élan à l’entrée par trois écrans de 4m de haut, qui s’enchaînent sur des vols d’hélicoptère palpitants au-dessus de 25 des paysages de vignobles les plus saisissants du monde, dont l’inattendu — Oshkegon, Canada, l’île grecque de Santorin et la Polynésie française — ainsi que le plus évident, y compris inévitablement un clin d’oeil au sponsor principal, Bordeaux.

Alors que les objets moisis ont été bannis, le contenu n'a pas été entièrement réduit à néant ; le film scénique est suivi d'une table tactile qui donne vie aux viticulteurs des principales régions viticoles du monde qui surgissent en appuyant sur un bouton pour parler de leur vie dans les vignes. Puis, il est temps de faire preuve de légèreté à l’intérieur d’une boîte géante en contreplaqué, conçue pour ressembler à une caisse à vin, à l’intérieur de laquelle des dioramas montrent l’histoire de la fermentation du fruit de la vigne avec une dose d’humour. Sortez et vous devrez faire face à la fosse tourbillonnante de cauchemars de la gueule de bois avant de continuer vers la section des goûts et des reniflements : « Il était nécessaire dès le début de s'attaquer au côté sombre de la boisson, » dit Mann, dont le film de deux minutes sur le sujet correspond à la facture.

Le concepteur admet avoir eu un « vif débat » avec les architectes tout au long des trois années qui se sont écoulées depuis l’obtention du contrat, la position immuable de Legendre et Desmazières sur la préservation de l’intégrité architecturale du projet ayant posé plus qu’une bonne part de maux de tête. « Nous avons insisté sur les volumes intérieurs qui font écho à ceux de l'extérieur », explique Legendre, influencée par sa déception dans le bâtiment parisien de Frank Gehry pour la Fondation Louis Vuitton : « Tous voguent à l'extérieur, mais à l'intérieur, c'est juste une autre boîte. » Du point de vue de Mann, un plafond plat pour suspendre les projecteurs aurait été beaucoup moins difficile que les voûtes en flèche de l’espace d’exposition de la Cité du Vin, soutenues par des arcs de bois inhérents au patrimoine viticole - la matière des tonneaux dans lesquels le jus de raisin fermenté est vieilli, les caisses dans lesquelles le produit en bouteille est expédié et les bateaux en bois qui ont d’abord transporté le claret dans le monde entier il y a un demi-millénaire.

Ceux qui auraient préféré un verre tourbillonnant de la couleur de la clarette qui au niveau de la première classe de grand cru est le vin le plus précieux du monde, ont l’or naturel de la Garonne à la porte du musée à blâmer. « La couleur de la rivière, qui reprend le jaune du lit de sable, a fait de l'or un choix beaucoup plus harmonieux que le rouge, notre notion originale », explique Legendre, qui a acquis une compréhension innée des attributs naturels de la ville au cours de ses années comme étudiante en architecture à Bordeaux. Le fait est que l'or pâle est également la couleur des façades en calcaire des magnifiques bâtiments du XVIIIe siècle qui ont fait du centre-ville un site du patrimoine mondial.

Alors que Bordeaux a suivi l’exemple de Bilbao avant de lancer le projet — non seulement en sablant ces façades glorieuses, mais aussi en nettoyant un bord de rivière qui pendant des siècles avait été visuellement pollué avec des entrepôts redondants et inesthétiques, et en posant des lignes de tramway pour lutter contre la congestion de la ville une fois pour toutes — ils ne pouvaient pas donner aux architectes le cadeau de la présence de la ville dont jouit Gehry’s Guggenheim.

Une scénographie immersive

Pour la Cité du Vin, les scénographes de l’agence anglaise Casson Mann Limited, Dinah Casson et Roger Mann ont imaginé un parcours permanent immersif et innovant, faisant appel à des technologies numériques et interactives (images 3D, décors, diffusion d’odeurs…), et à l’intervention d’un médiateur novateur : le compagnon de voyage. Cette scénarisation du parcours permanent inscrit La Cité du Vin dans la lignée des lieux de visite expérientiels et interactifs.

Conçue comme un parcours modulaire, cette plongée dans la culture et les civilisations du vin propose une suite d’étapes spectaculaires, oniriques et sensorielles. La Cité du Vin offre ainsi une palette d’expériences surprenantes : parcours d’éveil des sens, dégustations insolites, animations, etc. Chacun découvre ce grand parcours à son rythme, s’arrête quand il le désire, prend le temps nécessaire dans certains modules très individualisés, ou bien suit le mouvement dans les espaces où la découverte se fait plus collective.

Au-delà des mers - Devenez passager d’un navire marchand et partez pour un voyage historique en quatre escales sur les mers du globe. Vous traverserez la Méditerranée sur un bateau-citerne romain, partirez de Bordeaux jusqu’au large de l’Angleterre du XIVe siècle, vous voguerez vers le Japon sur un navire hollandais du XVIIe siècle et enfin, ferez la transatlantique au XVIIIe siècle, dans un bateau anglais chargé de Madère.

Voyage à 180° à travers les océans et les générations de marchand de vins
 MIME type: image/jpg
Voyage à 180° à travers les océans et les générations de marchand de vins
 MIME type: image/jpg

Survol des vignobles - La vigne est cultivée à travers le monde, dans des conditions naturelles très variées. Les viticulteurs s’adaptent, inventent et modèlent les paysages. Ainsi, les vignobles du monde ont de multiples visages, parfois surprenants, spectaculaires, voire mythiques…

Au cœur d’un film projeté sur 3 écrans géants avec 3 points de vue, survolez une vingtaine de régions viticoles du monde, dans 17 pays. Plongez dans l’incroyable diversité des paysages viticoles et leur beauté saisissante.dais du XVIIe siècle et enfin, ferez la transatlantique au XVIIIe siècle, dans un bateau anglais chargé de Madère.

Planètes vins - Depuis des millénaires, au gré des mouvements humains, et sous de nombreux climats, la vigne s’installe, les cépages se diffusent et les vins s’échangent à travers le monde.

Explorez des paysages viticoles reconnus pour leur valeur patrimoniale et culturelle à travers des globes terrestres interactifs. Découvrez comment les climats conditionnent la culture de la vigne, remontez le temps et suivez la diffusion de la vigne et des cépages au fil des conquêtes.

L'élaboration du vin - Vendanges, fermentation, élevage, vieillissement… Vous avez toujours voulu comprendre l’extraordinaire aventure de la transformation du raisin en vin ?

Explorez les trois structures représentant chacune une étape de la fabrication du vin : la vinification au cuvier, l’élevage au chai, le vieillissement à la cave. Plongez-vous également dans les odeurs évocatrices de chaque espace.

Chaque levure comprends 6 écrans tactiles. Outre la création d'applications détaillant des étapes de la vinification ou dévoilant des photographies des cuviers, des chais et des caves remarquables dans le monde

L'élaboration du vin
Crédit photo : la penderie de Cloé - MIME type: image/jpg

Terroirs de vignerons - Un terroir viticole, c’est un jeu subtil entre plusieurs éléments : le sol, le climat, l’exposition d’un lieu particulier mais aussi l’histoire, les traditions et les savoir-faire des femmes et des hommes qui œuvrent chaque jour pour y créer des vins.

Sur des tables interactives figurant un paysage de vigne aux reliefs accidentés, avec le bruit de l’orage ou celui des oiseaux, laissez-vous porter par un tour du monde des terroirs à travers les confidences de 30 vignerons de 10 terroirs différents. Ils racontent avec passion ce qui rend leurs vins uniques et l’identité de leur terroir, cet espace lentement façonné au fil des générations.

L'allée des tendances - Au XXIème siècle, le monde change et l’image du vin l’accompagne : objet de désir, il est aujourd’hui devenu un produit « tendance ».

Des étiquettes d’artiste, une bouteille ou un packaging design, un chai ultramoderne, une cave sécurisée comme un coffre-fort pour toiles de maîtres, du mobilier insolite, des campagnes de publicité innovantes, des bars à vins « branchés » aux quatre coins du monde… Architectes et designers redessinent chaque jour le grand spectacle du vin sous tous ses angles.

Six familles de vin - Un terroir viticole, c’est un jeu subtil entre plusieurs éléments : le sol, le climat, l’exposition d’un lieu particulier mais aussi l’histoire, les traditions et les savoir-faire des femmes et des hommes qui œuvrent chaque jour pour y créer des vins.

Sur des tables interactives figurant un paysage de vigne aux reliefs accidentés, avec le bruit de l’orage ou celui des oiseaux, laissez-vous porter par un tour du monde des terroirs à travers les confidences de 30 vignerons de 10 terroirs différents. Ils racontent avec passion ce qui rend leurs vins uniques et l’identité de leur terroir, cet espace lentement façonné au fil des générations.

images © Casson Mann
 MIME type: image/jpg
images © Casson Mann
 MIME type: image/jpg
images © Casson Mann
 MIME type: image/jpg

La galerie des civilisations - Le vin accompagne l’histoire des civilisations depuis des millénaires. Vin du quotidien et de la convivialité, des honneurs et de la politique, vin médecin ou vin sacré … Il a toujours occupé une place particulière dans les usages des sociétés et s’est invité au cœur des rites.

Cheminez à travers les dix salles de cette galerie pour un voyage immersif depuis les premières ivilisations jusqu’au XXe siècle, en passant par les tombes égyptiennes, un banquet grec, des tavernes romaines, l’Angleterre du XVIIème ou encore les châteaux bordelais du XIXeme…

© La Cité du Vin / Mamie Boude
 MIME type: image/jpg

Le buffet des 5 sens - Déguster un vin sollicite tous les sens : la vue, l’odorat, le toucher, le goût et même l’ouïe. C’est une expérience qui éveille la mémoire, l’émotion et l’imagination. Pas besoin d’être un spécialiste pour goûter et apprécier un vin !

Amusez-vous à chaque table (une pour les vins rouges, une pour les vins blancs), et découvrez les couleurs, les arômes, les textures des vins. Percez les secrets de l’art dégustation, jouez à accorder mets et vins ou à solliciter votre mémoire.

La grande saga de Bordeaux - Si Bordeaux est aujourd’hui mondialement reconnue pour ses vins, son histoire est une suite d’âge d’or et de crises. C’est grâce à l’action de générations d’hommes et de femmes, grands personnages historiques, vignerons, commerçants audacieux, courtiers, scientifiques et amoureux du vin… que le nom de Bordeaux rayonne à travers le monde.

Un film spectaculaire vous livre tous les secrets de cette longue histoire riche d’aventures et de personnages : alliances politiques, rôle des confréries vigneronnes, conquête des territoires, innovations techniques, audace et inventivité commerciales ou encore découvertes scientifiques.

haut de page
Bas de page